ASFAP Banner 2

Le 18 Novembre 2020, lors de la session Pleinière de l’Association Africaine de Physique (AfPS), le projet ASFAP pour African Strategy for Fundamental Physics and Applications a vu le jour : https://africanphysicsstrategy.org/. Pareillement à d’autres projets en Europe, aux Amériques et en Asie, il s’agira, pour la première fois à l’échelle mondiale, d’établir une stratégie commune en recherches en physique fondamentale et ses applications technologiques et industrielles afin de préparer l’avenir du continent.

Une équipe du LPSC Grenoble collecte et met à disposition de la communauté l’ensemble des points de mesures du rayonnement cosmique. Ces données sont utilisées par les équipes modélisant le transport des noyaux et électrons dans la Galaxie, pour la recherche de matière noire dans les données d’anti-protons et positrons, ou pour décrire la modulation Solaire (reliée au cycle Solaire). Une mise à jour majeure de cette base de données (CRDB v4.0) vient d’être publiée dans la revue « Universe ».

Le spectre en énergie des particules les plus énergétiques de l’univers, les rayons cosmiques d’ultra haute énergie, a été mesuré à l’Observatoire Pierre Auger avec une précision sans précédent. A la rupture de pente déjà bien connue dans le spectre, dénommée « la cheville », s’ajoute une nouvelle observée à une énergie légèrement plus élevée. Ce changement d’indice spectral peut s'expliquer par une variation de la composition en masse du flux des rayons cosmiques avec l’énergie. Les résultats viennent d’être publiés par la collaboration Pierre Auger dans deux articles connexes (Phys. Rev. Lett.125, 121106 (2020) et Phys. Rev. D 102, 062005 (2020)).
Cette mesure du spectre en énergie est unique de par l’exposition jamais atteinte jusque-là (plus de 60000 km2 sr an) et la méthode employée pour le déterminer sans hypothèse sur la nature des rayons cosmiques ni sur le détail des interactions hadroniques conduisant à la formation des grandes gerbes atmosphériques.

DetecteurCupidMoL’expérience CUPID-Mo, installée au Laboratoire Souterrain de Modane dans le cryostat de l’expérience EDELWEISS, vient de fixer une nouvelle limite mondiale pour la détection de la signature 0νββ. CUPID-Mo est un démonstrateur qui vient ainsi de prouver son efficacité tant dans la mesure de l’énergie que dans la réjection de bruit de fond. Ce résultat était vivement attendu par les équipes physiciens préparant le déploiement à grande échelle de ce type de détecteurs dans un futur proche. Avec ce nouveau résultat, le LSM conserve sa tradition de record de précision sur la mesure de la période 0νββ du noyau 100Mo, obtenu jusqu’alors avec l’expérience NEMO3.

5mars

Les membres du personnel du Laboratoire de Physique Subatomique et de Cosmologie (LPSC) déclarent le laboratoire en lutte et appellent à la grève contre le projet de Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche (LPPR). Ce projet va avoir comme conséquences directes d’institutionnaliser la précarité des travailleurs et des travailleuses de la recherche, et fragilisera encore un peu plus la recherche publique française.