• Coordination du projet au LPSC.
  • Définition, conception, suivi de réalisation d’un module bi-chambre de µTPC utilisant une nouvelle génération de MicroMegas (Bulk) pour l’amplification gazeuse.
  • Définition, intégration et participation à l’exploitation du banc de mesure du facteur de Quenching pour l’étalonnage des détecteurs MicroMegas.
  • Définition et tests d’une source d’ions miniature (CoMIMAC) pour l’étalonnage des µTPC.
  • Conception et réalisation d’une station de mélange et de filtration de gaz.
  • Prise en charge des opérations de logistique pour les campagnes de mesures hors site.
  • Développement de logiciels de contrôle-commande pour les sources d’ions.
  • Participation à la valorisation du concept MicroTPC auprès d’industriels.
 190130 14h28 jfm sphere comimac

 

Olivier Guillaudin : Responsable Technique
Alain Pélissier : Développement Détecteur
Jean-François Muraz : Conception Détecteur, Responsable de la plateforme COMIMAC
Marc Marton : Conception Détecteur/CAO


Pour le compte de la Division Technique Générale (DTG) d'EDF, le SDI développe un dispositif capable de déterminer l'équivalence en eau du manteau neigeux en utilisant les neutrons du rayonnement cosmique. Ces dispositifs permettent d'évaluer et de prévoir les apports hydrauliques saisonniers dans le but d'optimiser la production hydroélectrique.

Mais quel est le rapport entre les neutrons d’origine cosmique, et une couche de neige ?

Les neutrons parviennent à la surface de la Terre en quantité variant en fonction de paramètres tels que l’altitude, la pression, etc. Lorsqu’ils traversent une couche de neige, ces neutrons réagissent avec l’eau qu’elle contient, sont ralentis et même captés pour certains. De ce fait, compter les neutrons qui parviennent jusqu'à un capteur enterré renseigne sur la quantité d’eau présente juste au-dessus de celui-ci.

Le nombre de neutrons diminue donc en fonction de la quantité d’eau traversée, ce qui est précisément mesuré lors de l’étalonnage préalable du capteur en utilisant une « piscine hors sol» pour simuler la présence de neige.

Cette mesure présente en outre l’avantage d’être totalement indépendante de la densité de la neige : seule la quantité équivalente en eau, donnée qui intéresse EDF, est prise en compte.

Judicieusement placés à des endroits stratégiques des bassins versants des Alpes Françaises, des Pyrénées et du Massif Central, 40 NRC (Nivomètre à Rayonnement Cosmique) de ce type permettent d’évaluer les quantités d’eau qui vont se déverser dans les barrages lors de la fonte des neiges. Une information capitale pour EDF. « Les informations envoyées par les détecteurs en temps réel renseignent également sur le moment où s’amorce la fonte. Ainsi, EDF peut vider ses barrages en conséquence au moment opportun, de sorte qu’ils soient prêts à accueillir l’eau à venir. Cela évite à l’eau de la fonte des neiges de partir dans le trop plein, ce qui entraînerait un manque à gagner de plusieurs millions d’euros. »

Le SDI a été chargé de :

- la conception des détecteurs basés sur des compteurs neutrons de type 3He ou BF3.

- la définition et la mise en place des dispositifs de tests et de calibration (piscine, enceinte climatique)

- la réalisation et l’analyse des tests in situ et en milieux naturels (Col de Porte)

- l’assistance à la maitrise d’ouvrage en tant qu’expert technique pour la phase de rénovation du parc existant (validation des solutions techniques, choix des prestataires et contrôle des réalisations).

Piscine EDF 1  Test en milieu naturel (Parc expérimental du Centre d’Etude de la Neige au Col de Porte)  Visite hivernale du NRC au Col du Mont Cenis

 

Olivier Guillaudin : Responsable Technique, Développement et tests

Mohammed Chala : Mise en place des infrastructures de test

Jean-François Muraz : Conception de l'enveloppe étanche et du blindage

Marc Marton : Mise en place des infrastructures de test


  • Coordination technique du projet au LPSC.
  • Etude, conception, réalisation et mise en œuvre du blindage actif du détecteur.
  • Réalisation de dispositifs de test des photodétecteurs.

Muriel Heusch : Responsable Technique
Mohammed Chala :Montage


Pour le compte du Laboratoire de Dosimétrie des Rayonnements Ionisants (LDRI) de l'Institut de Radioprotection et de Sureté Nucléaire (IRSN), le SDI a réalisé en 2016 un banc de mesure de courants faibles (pA) compact et mobile.

  • Conception du banc, intégration des instruments
  • Développement du logiciel de pilotage, de mesure et d'analyse
  • Certification de la conformité électrique

 

cmcf2cmcf1

 

Olivier Zimmermann : Responsable Technique, Développement logiciel

Rémi Faure : Développement logiciel

Mohammed Chala : Montage et câblage

Jean-François Muraz : Conception et implantation matériel

Patrick Stassi : Documentation projet


190117 14h52 oz monodiam1 diamants190117 14h52 oz monodiam3 support190117 14h55 oz monodiam2 labview

  • Conception du banc de test
  • Developpement du système d'acquisition

Jean-François Muraz : Conception du banc de test éléctrons
Olivier Zimmermann : Développement du système d'acquisition


190117 11h22 oz fffer5 boucle190117 11h26 oz fffer6 labview190117 11h22 oz fffer2 cfp190117 11h22 oz fffer4 ladder190117 11h21 oz fffer1 eau190117 11h23 oz fffer7 voyantssecu

  • Conception et mise en place du contrôle-commande (instruments, matériel et logiciel)
  • Etude de la mesure de vélocimétrie par ultrason
  • Fabrication des lingots de FLiNaK

Murielle Heusch : Chimie
Patrick Stassi : Développement instrumental
Olivier Zimmermann : Contrôle/Commande